Articles à la une by Turquoise magazine

La Viola 110 ans d’histoire resplendissante

Premier Fife à être classé monument historique depuis 1993, Viola est une merveille dessinée et construite en 1908 par le célèbre architecte naval écossais William Fife III. Les bateaux construits par Fife étaient construits pour durer comme peut le confirmer ce superbe Cotre Aurique qui fête ses 110 printemps cette année. Hormis le pont et le gréement, 80% des pièces et de la structure sont d’origine.

viola 1

Conçue pour la croisière et la vitesse, la belle a été mise à l’eau en 1908, la même année que Mariska. Depuis, bichonnée par ses quatorze « Keepers » successifs, elle écrit son histoire toutes voiles au vent sur les eaux du globe. Restaurée amoureusement et dans les règles de l’art par Bruno Barbara et ses compagnons du chantier Candela, entrainée par Fabien Desprès et son équipage d’amis, Viola a décroché l’an dernier le prestigieux Trophée de la Monaco Classic Week, et a été élue Yacht de l’année 2017 par Yachting Classique. Resplendissante, elle participe aux Voiles de Saint Tropez où sa silhouette racée ne passera pas inaperçue au milieu des plus beaux voiliers du monde. Elle portera avec panache l’emblématique dragon des Fife dont les 130 ans seront célébrés cette année. Outre Viola, on retrouvera d’autres Fife nés en « 8 » pendant les Voiles : Mariska 110 ans, Cambria 90 ans et, s’il est présent, Pen Duick 120 ans.
Le magazine Turquoise a rencontré le Keeper actuel et heureux propriétaire de Viola Kostia Belkin qui nous conte son amour pour la belle…
Comment a débuté cette histoire d'amour ? Cette histoire d’amour est le fruit de 3 moments de vie. Il y a 20 ans j’ai vu passer Éric Tabarly à la barre de Pen Duick lors d’une Nioularge. Il m’a laissé une sublime image déclenchant l’espoir d’avoir un beau voilier aurique un jour. Puis, tout à la fin de sa vie, mon père disait qu’il aurait aimé transmettre un beau voilier classique à ses petits-enfants. Enfin il y eu la rencontre avec Yvon Rautureau, merveilleux « keeper » de Viola depuis 1996, qui m’a fait découvrir ce pur voilier et m’a fait la confiance de me la transmettre.

Véritable monument historique, Viola est inscrit au patrimoine maritime, quelle est son histoire ? Dessinée et construite en 1908 par William Fife III, architecte naval de génie, pour un armateur de Cowes à l’époque où Fife construisait les bateaux de Sir Thomas Lipton pour sa quête de Coupe de l’America, Viola a été construite sur le ber voisin de Mariska. Fife a dit de Viola qu’elle était « fast and bonnie ». Elle a eu la chance de traverser le temps dans les mains de 14 « keepers » qui l’ont aimée et préservée. Son lest d’origine, en fonte et non en plomb, lui a permis de survivre aux deux guerres mondiales. Chose exceptionnelle pour un bateau de cet âge, 80% de sa coque et structure sont encore d’origine. Bruno Barbara et son équipe du chantier Candela, lui procure des cures de jouvence depuis 1998 tout en préservant son authenticité. Rien qu’entre octobre 2015 et mai 2017, ce ne sont pas moins de 6000 heures de restauration qui ont été faites. Et le plus beau est que cela ne se voit pas !

viola 2

Quels sont vos projets avec ce voilier ? Rassembler l’équipage des « amants de Viola » en 2018, et honorer ses 110 ans sous la conduite de notre ami et skipper Fabien Desprès lors des régates « Mise en Bouche » à La Rochelle, des Voiles d’Antibes, Vele d’Epoca d’Imperia, des Régates Royales de Cannes et des Voiles de Saint-Tropez.
En 2019 ou 2020, j’aimerais emmener Viola à une Cowes Classic Week dans les eaux de ses premières années. Et en 2021, l’emmener avec notre équipage pour une saison sur la côte Est des Etats-Unis, dans les eaux du « sorcier de Bristol » Nathanael Herreschoff. Ce serait l’occasion d’y naviguer et régater avec des auriques que l’on ne voit pas en Méditerranée, y faire un clin d’œil à la mémoire des joutes entre les Fife et les Herreschoff, et représenter honorablement le Yacht Club de Monaco sous le guidon duquel Viola navigue depuis 2014. Sans oublier bien sûr de naviguer simplement pour le plaisir de voir Viola sous voiles, de découvrir les côtes de Bretagne, l’Ecosse et d’autres lieux avec, autant que possible, mes enfants et Maki mon épouse.

viola 3

En attendant ce sont les spectateurs des Voiles de Saint Tropez qui auront le plaisir d’admirer la belle Viola sur l’eau comme au port. En tendant l’oreille ils entendront l’équipage pousser leur cri de guerre haïtien « Kembé pa’ lagé ! » Tiens bon, ne lâche pas, et la verront fendre l’eau vers ce nouveau trophée que Fabien, Kostia et tout l’équipage des « amants de Viola » aimeraient bien accrocher au palmarès de ce superbe Fife, et non des moindres.