Articles à la une by Turquoise magazine

Laetitia De Clercq : la nature dans tous ses états

Artiste peintre au parcours atypique et à la technique unique, Laetitia De Clercq s’inspire de la nature et de la botanique pour créer ses œuvres. Une harmonie de matières à base d’acrylique à haute pigmentation, une toile dont elle prend le temps de choisir le grain et une illustration nouvelle du milieu naturel et des plantes aquatiques, voilà ce qui pourrait définir le travail de recherche et d’interprétation de l’artiste. Le résultat inspire la plénitude, découvrez-le.

 atelier1

L’estampe japonaise comme technique d’impression

Originaire de Knokke en Belgique, d’aussi loin qu’elle se souvienne, Laetitia De Clercq a toujours été passionnée par le dessin. C’est à l’âge de 16 ans qu’elle débute des études d’arts, de peinture et de gravure en Flandre et à Bruxelles, puis ressent rapidement l’envie de découvrir de nouveaux horizons. Elle poursuit alors son chemin en Angleterre, étudie le graphisme, rencontre de nombreux artistes graphistes et y trouve une source d’inspiration inépuisable.
Laetitia De Clercq attache beaucoup d’importance à sa technique qu’elle ne cesse de peaufiner. Un long parcours qui démarre par le travail du bois pour se concentrer par la suite sur la toile. Une toile brute et d’une large épaisseur dont elle choisit le grain avec une attention toute particulière. L’artiste peintre travaille le geste et la texture autour de la botanique, d’un feuillage ou de quelque chose de très abstrait. Elle transfère ensuite l’image sur un tissu pour finalement l’insérer dans la toile et la coudre. Enfin, elle tend et détend la toile jusqu’à obtenir le résultat escompté. Cette technique d’impression, c’est celle de l’estampe japonaise dont elle affirme avoir un véritable penchant et qui lui permet ainsi de s’imposer parmi les artistes peintres d’art contemporain de sa génération.

icebergsurralistergbsymphonieverte

La botanique et la nature comme source d’inspiration

Inspirée par la force et la fragilité de la nature, elle s’intéresse notamment à des thématiques comme l’écologie et la biologie. On peut d’ailleurs reconnaître dans ses toiles une véritable danse des plantes et une vision novatrice. Les plantes sont comme décortiquées sur la toile, on en distingue les cellules, le côté aquatique et botanique est bien présent, la réinterprétation est totale. Sa palette de couleurs propose un panache de bleus et de verts lumineux et intenses. Des tons qui nous rappellent forcément la douceur de vivre d’ici. Elle assure d’ailleurs que Saint-Tropez et Knokke ont beaucoup de similitudes et de connexions communes.
Le processus de création de Laetitia De Clercq est murement réfléchi. En amont, l’artiste peintre travaille autour d’une idée en suivant une démarche intellectuelle, se documente et s’inspire entre autres d’œuvres littéraires qu’elle déniche en bibliothèque. Elle réalise ainsi un véritable travail de recherche afin que sa réinterprétation soit la plus juste. Ses œuvres ont ainsi un côté mystérieux qui laisse rêveur. Si elle se plaît à refléter à travers sa peinture une époque et à traduire ses émotions à travers ses œuvres, Laetitia De Clercq avoue également être particulièrement admirative du travail de Joan Mitchell, une artiste peintre américaine qui appartient au mouvement expressionniste abstrait de la seconde génération.
Actuellement Laetitia De Clercq travaille sur une série de glaciers à travers laquelle elle oppose la force et la fragilité, profitant ainsi de thèmes actuels pour y ajouter un côté enchanté et un certain lâcher prise.
Au mois de mai elle exposera à la Ten Galerie à Knokke, ainsi qu’à Neuilly. Elle nous avoue également qu’elle aimerait beaucoup exposer dans le Sud de la France prochainement. C’est tout ce qu’on lui souhaite. A bon entendeur.

technique broderie estampe

Marine Astor

Ten Gallery, Zandstraat, 8300 Knokke, www.laetitiadeclercq.com
IG : laetitia_declercq - FB : laetitiadeclercq.artist